The Strypes

Quatre garçons a priori pas du tout dans le vent, mais plutôt quatre garçons de Cavan, une petite ville ouvrière près de la frontière avec l’Irlande du Nord, partant à la recherche de trésor dans les collections de vinyles de leurs parents – eux même musiciens. Et exhumant de leurs fouilles Dr Feelgood, Bo Diddley, Small Faces et autre Howlin’ Wolf, Chuck Berry, The Yardbirds, The Rolling Stones, The Animals et The Beatles.

The Strypes by Jill Furmanovsky 2013Quatre garçons montant en 2008 leur groupe et reprenant ces musiques rythm and blues des années 60 et pub rock des années 70. En avril 2012 ils sortent leur premier EP Young, Gifted & Blue, composé de reprises, qui va se retrouver, sans promotion, en première position des palmarès blues de l’iTunes Store dès sa sortie ! Et attire le regard de quelques grands de la musique d’outre-manche tel Paul Weller, Jeff Beck, Noel Gallagher, Miles Kane et Roger Daltrey. Les Stone Roses et Arctic Monkeys les demandent en première partie.

Dés lors le buzz enfle, ils sont signés par Sir Elton John (Rocket Music Management). Ils tournent dans tout le Royaume-Uni et commencent à écrire leurs propres créations, s’en suit un premier album Snapshot produit par… Chris Thomas (producteur des Beatles, Pink Floyd, Roxy Music, Sex Pistols…). Ross Farrelly, Josh McClorey, Pete O’Hanlon et Evan Walsh ont entre 16 et 17 ans,  et enchainent les concerts avec déjà la technique de vieux musiciens aguerris.

Les Strypes aux Abbey Road Studios

thestrypes02-abbeyroad
Début Novembre 2012, à la demande personnelle de Paul Weller, ils sont passés dans une émission de télévision britannique, dans l’ancien studio Abbey Road des Beatles. Ils y ont joué 30 minutes dont voici un extrait.

 

Premier Album

thestrypes03Leur album Snapshot (Septembre 2013) montre bien leurs influences, on a l’impression de se retrouver un demi-siècle en arrière avec des morceaux accrocheurs, très efficaces, rythmés, du vrai rock à la sauce sixties, c’est bluffant.
Cet album comporte douze titres dont trois reprises (“Heart of the City » de Nick Lowe,  “Rollin’ and Tumblin” de Muddy Waters et  “You Can’t Judge A Book By The Cover  de Bo Didley) en version plus rapide et plus mordant, très réussies.
Leurs compositions sont variés même si certaines semblent avoir une rythmique très similaire, mais n’est ce pas le cas de tous les musiciens. Côté son rien de bien nouveau par rapport à leurs modèles, mais rappelons le, ils n’avaient que 16 à 17 ans quand ils ont enregistré cet album. Il faut leur laisser le temps de se trouver, de poursuivre leurs explorations et alors nul doute que le jour où ils auront leur style propre, un brillant avenir leur tendra les bras.

Le site de The Strypes

 

 

Vidéos

The Strypes – Blue Collar Jane‬

The Strypes – What A Shame‬

The Strypes – You Can’t Judge A Book By The Cov‬er

The Strypes – Hard To Say No‬

The Strypes – Hometown Girls‬

The Strypes live at Glastonbury HD2013 final cut‬

7 Commentaires
  1. 20 avril 2014
    • 20 avril 2014
  2. 20 avril 2014
  3. 20 avril 2014
  4. 20 avril 2014
  5. 22 avril 2014
    • 22 avril 2014

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *