Echappées Nordiques

Du 10 octobre 2008 au 11 janvier 2009 au Palais des Beaux Arts de Lille
Les maîtres scandinaves et finlandais en France (1870/1914)

A partir d’un choix de 105 œuvres conservées dans les musées français, tableaux mais aussi dessins, gravures, sculptures. Parmi lesquelles une trentaine est issue des collections du Musée d’Orsay, l’exposition restitue le génie de l’art nordique de cette fin de XIXe siècle et permet de comprendre la fascination que celui-ci a exercé sur les artistes et le public français, profond attachement à la nature et aspirations mystiques.
Portraits émouvants, scènes familières et intimes, paysages de mer ou de neige… à travers cet ensemble se dégage une évocation puissante et poétique de la nature, une lumière cristalline et légendaire et une incroyable richesse plastique.
Une vision originale et passionnante de paysages connus (Bretagne, Normandie, Manche, Picardie…) éclairés par le génie si particulier des artistes danois, finlandais, norvégiens et suédois, présents en France entre 1870 et 1914.
Cent ans plus tard, les musées français font preuve d’un regain d’intérêt pour les écoles étrangères du Nord ; ainsi, le musée des beaux arts de Rouen s ‘est porté acquéreur de trois oeuvres nordiques : Portraits de Willumsen et de Holsoe de Vilhelm Hammershoï, La vague de Frits Thaulow et le Portrait de femme en robe noire de August Hagborg de 2002 à 2007.
L’exposition s’organise d’une manière thématique et chronologique qui démontre comment ces artistes nordiques vont constituer une nouvelle école riche de ses propres valeurs : en première partie est évoquée la France rurale, forte de ses coutumes telle que les Scandinaves la découvrent, l’arpentent, y séjournent dès les années 1870, formant l’une des colonies les plus considérables et les plus solidaires. A Paris ou à Grez-sur-Loing, à Pont-Aven, ou sur la côte d’Opale, ils expérimentent la voie de la modernité en réaction au conservatisme des académies de Copenhague, de Stockholm et de Düsseldorf
S’impose ensuite la section dédiée aux territoires de Scandinavie et de Finlande, peints par les artistes de retour dans leur pays, dans la décennie 1880-1890, affermis par l’expérience française au contact essentiel d’un Bastien-Lepage ou d’un Manet. Ils élaborent une vision nouvelle, le plein-airisme où prime l’étude scrupuleuse de cette fameuse lumière naturelle, blanche et si cristalline ; les bois, les lacs, la mer, les fjords deviennent un immense atelier à ciel ouvert. Ensuite, de nouveau direction la France, pour exposer leurs oeuvres aux Salons ou aux Expositions Universelles.
La dernière séquence de l’exposition montre l’évolution de la peinture de plein-air vers un langage symbolique autour de 1890-1900 ; nous abordons les rives de l’imaginaire nordique et ses représentations de l’âme où percent les singularités nationales tel l’intimisme des Danois, l’intériorité mystique des Finlandais, le lyrisme métaphysique des Suédois et l’âpreté grandiose des Norvégiens.
Le Dossier de presse de l’exposition
Palais des Beaux-Arts de Lille Place de la République 59000 Lille – France

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.