"Je l'aimais" pas du tout !

Hier, jeudi, j’avais décidé de ma faire une après midi cinéma avec deux toiles au programme « Je l’aimais » puis « Le Secret de Moonacre » condition préalable, avoir fait tout ce qui devait être fait jour là !! Alors dès 6h00 je remplissais mon programme du jour et à 15h00 j’étais prêt.

"Je l'aimais" sorti le 06 Mai 2009

"Je l'aimais" sorti le 06 Mai 2009

Donc d’abord « Je l’aimais » de Zabou Breitman d’après le roman du même nom (et non éponyme*, j’ai vérifié la définition exacte du mot; utilisé me semblait-il à tort et à travers)  d’Anna Gavalda.

Anna Gavalda, généralement j’aime bien ce qu’elle écrit et notamment j’ai adoré « Ensemble c’est tout » cf chronique du 14 juin 2008 (s’il elle n’est pas encore transférée voir sur http://www.cetici.com/cetici/ ) mais « Je l’aimais »  je ne l’avais pas lu – manque de temps et surtout on m’avait signalé que ce n’est pas du tout de la même veine que ses autres romans.

Peut-être aurais-je dû le lire avant cela m’aurait évité 1h52 minutes d’ennui interminable.

Pour résumer vite fait, un beau père raconte à sa bru, que son fils vient de quitter, qu’en fait c’est une chance pour elle; le tout en prenant exemple sa propre vie. Marié, il est tombé éperdument amoureux d’une autre femme – et même tombé amoureux pour la première fois de sa vie – il va vivre une relation passionnée avec elle, mais ne saura franchir le pas rendant ainsi malheureux le trio, sa femme, son amante et lui même.

S’il avait choisi de partir avec son amante, elle et lui auraient été heureux; et peut-être que sa femme aussi l’aurait été dans les bras d’un autre homme. Par peur, par conformisme, il a fait 3 malheureux, contre 2 voir 4 personnes heureuses s’il avait osé.

Histoire « simple » et qui aurait pu donner un beau film, mais Zabou Breitman nous offre un film long, plat, morne, mièvre, vide, lourd. A peine 5 minutes après le début du film je n’avais qu’une envie, PARTIR. Mais je suis resté, espérant un mauvais départ, mais c’est resté mauvais jusqu’au bout.

Nous étions une quizaine dans la salle, trois spectateurs sont partis au milieu du film, j’ai fait l’effort de rester, je ne sais toujours pas pourquoi …

Daniel Auteuil

Daniel Auteuil

Daniel Auteuil, le beau père, pire encore que dans « Les sous doués passent le bac », c’est pas peu dire. Florence Loiret-Caille, la bru garde la même expression du début à la fin – du copié-collé tout au long du film. Enfin Marie-Josée Croze, l’amante, même chose que pour la bru, avec cependant sa « jolie plastique » seul intérêt de ce film.

Marie Josée Croze

Marie Josée Croze

C’est idiot de ma part, mais pour une fois j’aurai dû faire confiance à la critique de Libé.

J’oubliais, à moitié endormi par ce film, une sonnerie de téléphone m’a fait sursauter. Daniel Auteuil recevait un appel …

En sortant, j’étais tellement dépité que je suis rentré directement, pas de second film – ce sera pour une autre fois. Ceux sont des « oeuvres » comme celle là qui me font fuir les salles de cinéma, l’impression de perdre son temps. Au moins à la télé on peut fermer le poste sans le moindre regret et se plonger dans un bon roman.

Vous avez compris je crois, contrairement à Pierre (Daniel Auteuil) je ne l’ai pas du tout aimé.

* voir les commentaires pour plus d’explications


19 Commentaires
  1. 15 mai 2009
  2. 15 mai 2009
  3. 18 mai 2009
  4. 18 mai 2009
  5. 18 mai 2009
  6. 18 mai 2009
  7. 18 mai 2009
  8. 18 mai 2009
  9. 18 mai 2009
  10. 18 mai 2009
  11. 18 mai 2009
  12. 20 mai 2009
  13. 20 mai 2009
  14. 20 mai 2009
  15. 20 mai 2009
  16. 26 mai 2009
  17. 27 mai 2009
  18. 29 mai 2009
  19. 30 mai 2009

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.