Le Baiser de l’ombre – Paul Colize

« Après le premier, le doux, le tendre, le merveilleux, voici le baiser le l’ombre » ces quelques mots ne sont pas de moi mais c’est la dédicace de Paul Colize sur ce roman que m’avait offert la déesse Niki.

PaulColize02

Il faut dire que Niki connaissait Paul Colize, ils ont des liens que l’on pourrait qualifier de « capillaires » mais je n’en dirai pas plus. C’est l’une des raisons qui avait poussé Dame Niki à souhaiter aller au salon du polar de Lens fin mars. L’autre raison était de retrouver son amie Nicole Provence http://www.nicoleprovence.com , elle même auteure de roman policier.

Venant en au roman, je dois d’abord avouer qu’il y a longtemps que je l’ai fini et si ce billet n’apparait que maintenant c’est essentiellement que j’ai attrapé une flémingite aigüe le peu d’article depuis un mois en est la preuve.

PaulColize01 C’est le premier roman de Paul Colize (auteur Belge) que je lis je ne connaissais donc pas Antoine Lagarde qui n’en est pas à ses premières aventures. Dans celle-ci il est question d’assassinat et d’histoire de l’art.

Antoine Largarde est un homme qui a tout compris à la détresse humaine. Consultant, il se limite, en gros et pour des honoraires mirobolants, à écouter et de laisser parler ses clients, un psy en plus cher et pas remboursé par la sécurité sociale. Voilà une profession qui est au poil 😉

Mais il doit s’ennuyer un peu car malgré une ex-femme, un fils, une secrétaire toute dévouée et une collection d’aventures, il plonge, sans vraie raison d’ailleurs, corps et âme dans une enquête qui ne le concerne absolument pas.Tout ça sans doute pour la belle Ava Desmarets, mais sa curiosité va le propulser comme suspect numéro 1 et donc lui jouer quelques tours.

C’est la mort du père d’Ava, retrouvé assassiné dans son appartement qui sera le début de roman. Pas de traces d’effractions, seul un tableau de Carl Moll sans beaucoup de valeur est volé. Puis Ava reçoit un mail énigmatique et là plutôt que de rester à sa place, Antoine Lagarde décide de s’en mêler. Tout de suite l’on comprend qu’il aurait mieux fait de rester tranquille, mais bon dans ce cas là pas de roman et l’histoire serait finie avant même de commencer.

Dans ce roman on retrouve deux histoires que l’on suit alternativement, le présent avec l’enquête d’Antoine Lagarde et une histoire se poursuivant tout au long du XX ème siècle sur l’existence d’un tableau de Klimt, une première version de son célèbre Baiser.

J’ai lu avec plaisir ce roman. L’écriture y est rythmé sans que les chapitres soient découpés prêt à être filmé comme c’est malheureusement de plus en plus le cas dans les polars d’aujourd’hui. Le texte est fluide, même si l’action en elle-même est plus compliquée, les phrases sont courtes et efficaces. C’est un bon roman policier avec une intrigue palpitante, pleine d’aventures et de rebondissements. Du suspense, de l’humour, une écriture légère que demander de plus à un polar ?

Quatrième de couverture
Le baiser de l’ombre Les rousses, c’est mon péché mignon. 
Il y a des choses qui ne s’expliquent pas. 
Si j’en compte déjà une belle brochette dans mon palmarès, Ava, la dernière en date, occupe sans conteste le haut du classement. 
En ce qui concerne le meurtre de son père, autant le dire tout de suite, je n’ai rien à voir là-dedans. Pas plus que dans le vol de cette toile apparemment sans valeur. 
Ces choses-là arrivent. 
C’est dommage. 
Bien sûr, je n’aurais pas dû subtiliser ce message qui proposait de chercher l’erreur. Il ne m’était pas destiné. Pas plus que je n’aurais dû me foutre de la gueule des flics qui s’empêtraient dans cette enquête. 
C’est vrai. 
Que voulez-vous, j’ai toujours aimé mettre mon nez dans les affaires des autres. 
Il y a des choses qui ne s’expliquent pas.

Aux éditions Krakoen

Autres romans de Paul Colize : Quatre valets et une dame, Le seizième passager, Les sanglots longs, Clairs obscurs, Sun Tower et La troisième vague.

5 Commentaires
  1. 30 avril 2010
  2. 30 avril 2010
  3. 1 mai 2010

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *