Le début de la fin pour les OGM ?

Une étude réalisée en Chine durant ces dix dernières années pourrait-elle mettre à mal le lobby OGM ? En tout cas elle montre qu’il n’est pas innocent de jouer aux apprentis sorciers. Une fois de plus l’action de l’homme rompt le fragile équilibre de la nature, et le retour de boomerang ne tarde pas.




L’Institut chinois de protection des plantes ( Yanhui Lu et son équipe) a étudié pendant 10 ans la culture de coton transgénique [Bt] en Chine du Nord. Ce coton produit une toxine issue de la bactérie Bacillus thuringiensis, qui permet d’éliminer la noctuelle, le principal ravageur du coton.

Si les noctuelles ont bien disparu, un autre parasite – une punaise – habituellement minoritaire en a profité pour proliférer et détruire non seulement les champs de coton mais aussi les cultures environnantes.

La toxine du bacille de thuringe ne permettant pas de lutter contre ce parasite, les agriculteurs chinois ont du se résoudre à ré-utiliser des pesticides.

Le plus paradoxal concernant est que non seulement cet utilisation des OGM avait pour but de limiter l’utilisation des pesticides via des gènes capables de défendre les cultures, mais de plus, les paysans chinois utilisent maintenant deux-tiers de pesticides de plus qu’avant la mise en culture de ce coton OGM !

Pour information une autre méthode de lutte contre la noctuelle du coton existe, l’utilisation de Densovirus mais je ne peux m’empêcher de me demander si le résultat ne risque pas d’être identique…

Le cas du coton [Bt] n’est pas le seul problème rencontré par les OGM, loin de là. Dans le pays où l’OGM est roi, les USA, Monsanto commence aussi à avoir des problèmes avec des herbes folles résistantes au trop fameux Roundup.

C’est à chaque fois le principe même de l’utilisation des OGM qui est en cause, car tous ces groupes producteurs de semence OGM mettent en avant leur « atout » principal : l’importante diminution de l’utilisation de pesticides grâce à ces semences avec donc deux avantages majeurs une réduction des coûts et une meilleure préservation de la nature.

Si les OGM ne permettent plus de diminuer l’utilisation de pesticides, et au contraire obligent les agriculteurs à en utiliser encore plus, ces derniers auront vite compris où est leur intérêt. En espérant qu’il ne soit pas trop tard pour faire machine arrière.

Plus d’information sur Effets de Terre

photo du champ de coton -> Photos Libres

Tags:
3 Commentaires
  1. 11 juin 2010
  2. 13 juin 2010
  3. 13 juin 2010

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *