Joyeuses Funérailles- Le Remake

Dans la série des remakes en voici en voilà, nous avons droit à celui de « Joyeuses Funérailles ». Mais celui-ci est au moins remarquable sur un point, c’est un remake d’un film originellement en anglais. Hollywood a plutôt l’habitude de faire des remake de films étrangers, d’une autre langue que celle du pays de l’Oncle Sam.

C’est notre ami Québécois, Sieur Baudet, qui m’a fait découvrir l’existence de ce remake ainsi que de l’original car je n’avais encore vu ni l’un, ni l’autre. C’est aujourd’hui chose faite !

La version anglaise originale vaut le détour. C’est le cinéma anglais que j’aime, rythmé, avec son humour noir, scabreux et décapant, ses personnages décalés. Une comédie irrésistible dont les Britanniques ont le secret.

Une réunion familiale autour des funérailles d’un père a priori tout a fait classique mais qui est à deux doigts de rater ses propres funérailles suite à une erreur des pompes funèbres, et à partir de là, tout déraille, tout s’emballe et se transforme en comédie à « mourir » de rire.

Frank Oz, le réalisateur de La Petite Boutique des horreurs et de L’Indien du placard, nous offre une vision pleine d’humour et très Britannique d’un enterrement au départ tout ce qu’il y a de plus classique, par des situations cocasses et des petites phrases assassines. A voir si ce n’est déjà fait !

Synopsis : Le jour des funérailles du patriarche, famille et amis arrivent chacun avec leur dose de problèmes. Daniel, le fils, va revoir son frère rival Robert, célèbre romancier parti vivre aux États-Unis. Martha, la cousine, veut à tout prix faire accepter à son père vieux-jeu son nouveau fiancé qui a accidentellement avalé une pilule hallucinogène… 
Mais les vraies complications commencent lorsqu’un invité mystérieux, menace de dévoiler un terrible secret de famille… Daniel et sa joyeuse bande vont user de tous les moyens pour enterrer le père… et ses confidences.

Le Remake est quant à lui inconsistant et inégal. Il est difficile de faire rire avec la même recette, même si les dialogues ont l’air d’avoir été repris mot pour mot et le film refait plan par plan. Neil LaBute nous offre une nouvelle variation sans âme. La réalisation est inexistante. Il a du penser qu’avec un super casting, tout irait de soi. Pour un casting, c’est un casting de choix, on retrouve Chris Rock, Martin Lawrence, Tracy Morgan, Luke Wilson et Danny Glover. Mais le casting peut-être aussi merveilleux que possible, si personne ne les dirigent, si personne ne prend en main le film, on va tout droit au massacre. Du film Britannique très réussi, on n’a plus qu’un vague film de série B qui nous fait mourir d’ennui !

Côté distribution on retrouve aussi Peter Dinklage qui est le seul à jouer dans les deux versions, avec le même rôle. Etonnant aussi de voir que sa prestation est loin d’être à la hauteur dans le remake, on croirait presque qu’il s’agit d’un sosie ayant repris le rôle !

Cette transposition des événements de la campagne anglaise aux Etats-Unis, d’une famille Anglaise à une famille afro-américaine sortira sur nos écrans le 09 juin 2010 et je vous invite à passer votre chemin, allez plutôt louer le DVD de la version originale de Franz Oz.

L’article du Sieur Baudet

12 Commentaires
  1. 14 juin 2010
  2. 14 juin 2010
  3. 14 juin 2010
  4. 14 juin 2010
  5. 14 juin 2010
  6. 14 juin 2010
  7. 14 juin 2010
  8. 14 juin 2010
  9. 15 juin 2010
  10. 15 juin 2010
  11. 4 août 2010

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *