Virilité et Nutrition

Aujourd’hui j’ai envie de vous faire partager cette étude que j’ai découverte grâce à un article sur le site scientifique Physorg. Au delà du titre peut-être légèrement racoleur, c’est surtout un nouvel apport à la théorie de l’importance de l’environnement dans le développement de notre corps.

Le débat entre acquis – environnement dans ce cas – et inné – les gènes que nous avons hérités de nos parents – semble éternel et redondant. Mais une nouvelle étude de la Northwestern University concernant des hommes des Philippines apporte de solides arguments en faveur du rôle de l’alimentation des premiers mois de la vie, dans le cadre de la masculinisation des petits garçons. Elle montrerait que le gain de poids rapide durant les six premiers mois de la vie provoque une puberté plus précoce pour les garçons.

Les hommes ayant connu une croissance rapide quand ils étaient bébés sont devenus plus grand, plus forts avec une masse masse musculaire supérieur. De plus ils ont des niveaux de testostérone plus élevés, ont eu des relations sexuelles plus précocement, ont eu plus de rapports sexuels au cours du mois passé, et une vie sexuelle plus longue. Les chercheurs pensent que la testostérone peut être la clé de ces effets à long terme.

«La plupart des gens ignorent que les nourrissons de sexe masculin au cours des six premiers mois de vie produisent de la testostérone à peu près au même niveau que l’homme adulte», a signalé Christopher W. Kuzawa, professeur agrégé d’anthropologie au Weinberg College of Arts and Sciences et auteur de l’étude. «Nous avons examiné le gain de poids au cours de cette fenêtre particulière du développement de la vie, parce que la testostérone est très élevé à cet âge et contribue à façonner les différences entre les hommes et les femmes. »

L’étude fournit de nouvelles preuves que les gènes ne suffisent pas à modeler notre destin. «L’environnement a une action très forte dans notre évolution » a déclaré Kuzawa. « Et cette étude étend cette idée à la sphère des différences sexuelles et biologiques masculines. »

« Il y a une éternelle question de l’importance de l’hérédité par rapport à l’environnement dans le « façonnage » de chaque être humain », a déclaré Kuzawa. « Au cours des 20 dernières années, on a beaucoup appris au sujet d’un processus appelé plasticité du développement. Comment l’organisme réagit au début de la vie aux éléments de son environnement comme la nutrition ou le stress des premières expériences qui peuvent avoir un effet permanent sur le développement du corps, et cet effet peuvent persister à l’âge adulte. Il y a beaucoup de preuves montrant l’influence de ces effets sur le risque de voir apparaître certaines pathologies comme la crise cardiaque, le diabète, l’hypertension, etc.

L’étude financé par la National Science Foundation and the Wenner Gren Foundation a été menée auprès d’un groupe de 770 hommes, philippins, âgés de 20 à 22 ans, qui ont été suivis toute leur vie. Depuis 1983, une équipe de chercheurs aux Etats-Unis et aux Philippines a travaillé à comprendre l’influence de la nutrition du début de vie sur la santé des adultes et le risque de maladies cardiovasculaires et de diabète.

Source : Physorg
Photos Libres


Pas de Réponse

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *