Le Discours d'un roi

C’est l’histoire vraie et un peu oubliée du père de l’actuelle Reine Elisabeth II. A la mort du Roi GEORGE V son fils ainé, Edouard VIII (Guy Pearce), lui succède mais il sera contraint d’abdiquer car il veut épouser sa maîtresse, Wallis Simpson, une américaine déjà deux fois divorcée. C’est donc le frère cadet « Bertie » qui va prendre la couronne, contraint et forcé, sous le nom de Roi George VI (Colin Firth).

Le Discours d'un Roi


Mais il était considéré par beaucoup comme inapte à la fonction, peu charismatique en raison d’un fort bégaiement. Ainsi le 31 octobre 1925, alors encore duc d’York, il a du prononcer le discours de clôture de l’Exposition de l’Empire au stade de Wembley, discours retransmis à la BBC. Le duc bute sur chaque mot, il est incapable de prononcer son discours.

C’est grâce au soutien indéfectible de sa femme et avec l’aide de Lionel Logue (Geoffrey Rush) un thérapeute du langage originaire d’Australie et aux méthodes peu conventionnelles, qu’il surmontera son handicap et ses peurs.

A l’époque la radio devient un média de masse mais elle en est encore à ses début d’un point de vue technique, il n’est pas encore possible d’enregistrer les discours pour une diffusion ultérieure, seul le direct est possible. A l’aube de la seconde guerre mondiale, surmonter son handicap était donc une nécessité absolue. Sa victoire sur lui-même va lui permettre de galvaniser son peuple par la voie des ondes .

Cette histoire vraie, je ne m’en souvenais pas du tout, seul était resté dans ma mémoire les aventures sentimentales, et leur conséquences, d’EDOUARD VII. Ce film m’a fait passer un bon moment, il est réussi et sa nomination aux oscars est amplement méritée. Pour cette année c’est d’ailleurs le film ayant obtenu le plus grand nombre de nominations. Il a été sélectionné dans 12 catégories, contre 10 pour « True Grit » des frères Coen.

Le réalisateur Tom Hooper a fait un bon film et en évitant toute polémique historique il devrait contenter toutes les sensibilités. Le seul reproche que je lui ferai est peut-être justement de ne pas avoir pris une position plus politique, sa neutralité absolue fait que ce bon film n’est pas un grand film.

Elisabeth et Georges VI


Elisabeth, Georges VI, Lionel Logue


Georges VI

Les acteurs principaux sont remarquables. Colin Firth en homme conscient de ses responsabilités est en même temps submergé par l’angoisse de décevoir sa femme et ses enfants, et complexé par les talents d’orateur d’un Hitler ou d’un Mussolini, manipulant ses compatriotes d’une main de fer.
Geoffrey Rush en thérapeute passionné, dévoué et plein de fantaisie rempli magnifiquement son rôle, de même qu’ Helena Bonham Carter dans le rôle de l’épouse de « Bertie ».

On retrouve aussi dans le rôle du roi GEORGES V l’excellent Michael Gambon (alias Professeur Dumbledore dans les derniers Harry Potter) et la courte apparition d’Eve Best dans le rôle de Wallis Simpson. Eve Best que l’on connaît mieux dans le rôle du sympathique Dr Eleanor O’Hara dans la série « Nurse Jackie »

Petite anecdote, le scénariste David Seidler, né en 1937, souffrait lui aussi d’un redoutable bégaiement quand il était enfant et a suivi dans les années 40 des séances d’orthophonie.
C’est lui qui a raconté au réalisateur que la ‘technique des jurons’ était utilisée à l’époque, mais il n’y pas de certitude que le roi l’ait expérimenté. George VI était devenu un véritable héros pour le jeune David Seidler qui a alors compris que si le roi avait réussi à surmonter son bégaiement, il pouvait le faire aussi.

C’est le 6 février 1952 que George VI décéda des suites d’un cancer du poumon. Ce cancer était très probablement dû à son addiction au tabac contractée suite aux conseils de ses médecins qui estimaient que le tabac l’aiderait à combattre son bégaiement …

Réalisateur : Tom Hooper

Acteurs, rôles, personnages

Colin Firth : George « Bertie » VI
Helena Bonham Carter : Reine Elizabeth
Derek Jacobi : L’Archevêque Cosmo Langi
Geoffrey Rush : Lionel Logue
Jennifer Ehle : Myrtle Logue
Timothy Spall : Winston Churchill
Guy Pearce : Edward VIII
Michael Gambon : le Roi George V
Eve Best : Wallis Simpson
Anthony Andrews : Stanley Baldwin



2 Commentaires
  1. 2 février 2011
  2. 2 février 2011

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *