L'Origine de la Guerre

Quand Facebook censure « L’Origine du Monde » de Gustave Courbet, c’était il y a quelques jours, nombreux ont été indigné par cet acte de puritanisme outrancier. Dimanche après midi est paru sur Rue89 un article de Luc Wouters intitulé « J’ai défié Facebook avec Courbet, mon compte a été désactivé » et qui, en quelques mots, racontait que « Révolté par cette décision … je décidai de publier l’œuvre « scandaleuse » sur mon propre compte … dès le lendemain, mon compte fut désactivé ».


Rien de bien nouveau en fait sur l’attitude de Facebook, mais ce n’est pas cela qui a attiré mon attention mais plutôt le commentaire d’une certain « melfou » qui présentait une œuvre d’ORLAN intitulé « L’Origine de la Guerre » Je ne connaissais ni l’oeuvre, ni ORLAN et dans un premier temps je me suis dis que je ne savais pas que Pierre Mac Orlan, écrivain et poète français, était aussi peintre.

C’est à ce moment que j’ai réalisé, une fois de plus, la profondeur de mon inculture et que la honte s’est abattue sur moi telle une nuée de moustiques tigres enragées par une belle nuit d’été.

Voici donc ORLAN, pas de nom-prénom, juste 5 lettres et en majuscule s’il vous plait, née en 1947 à Saint Etienne.

Et donc « L’Origine de la Guerre » oeuvre à n’en point douter féministe, en réaction au tableau de Courbet. Copie quasi conforme à « L’Origine du Monde » si ce n’est une petite différence que vous aurez probablement remarqué.

Je ne connaissais pas du tout cet œuvre et en voyant cette image dans le commentaire sur Rue89 j’ai d’abord cru à un trucage, au tableau de Courbet « photoshopé » d’autant que la ressemblance va jusqu’au cadre utilisé pour présenter la peinture. Mais non ORLAN a bien réalisé cette huile sur toile, sans rapport avec le reste de son œuvre, en 1989.

Pour le « reste », ORLAN est une artiste plasticienne contemporaine qui a fait de son corps un outil, «J’ai toujours considéré mon corps de femme, mon corps de femme-artiste comme étant le matériau privilégié pour la construction de mon œuvre.» qu’elle utilise à travers différents supports : peinture, sculpture, installations, performance, photographie, images numériques, biotechnologies.

S’interrogeant sur le statut du corps féminin et les pressions politiques, religieuses, sociales qui le musèlent, elle dénonce la violence faite aux corps des femmes, et s’engage dans un combat féministe.

La partie de sa « production » la plus étonnante est due à une grossesse extra-utérine opéré d’urgence qui va être le départ d’une série d’opération-chirurgicale-performance. Filmé dans le bloc opératoire, elle sera diffusée immédiatement à l’Espace Lyonnais d’Art Contemporain. Ensuite elle va détourner la chirurgie et la chirurgie esthétique au service de son art. Elle se fait mettre de nombreux implants, dont deux normalement utilisés pour réhausser les pommettes sont placés au-dessus de ses sourcils de chaque côté du front.

Grace au numérique elle propose également de nombreuses images d’hybridation, tels les hybridations Africaines en 2000.

Autant sa toile « L’Origine de la Guerre » m’amuse, autant le reste me laisse indifférent dans le meilleur des cas. Quand à ses opération-chirurgicale-performance je trouve cela complètement morbide et je ne comprend pas pourquoi certains chirurgiens acceptent d’entrer ainsi dans son jeu.

Mais je dois être ringard puisqu’elle est non seulement célébrée de partout, mais aussi décorée par l’Etat Français puisqu’en 2003 ORLAN fut faite Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres par Jacques Aillagon ministre de la culture de l’époque et que l’an dernier, en 2010 c’est Fréderic Mitterrand, ministre de la culture actuel qui la fit Chevalier de l’Ordre du Mérite.

Pour en savoir plus direction son site personnel et sa biographie sur Télèmaque Time

6 Commentaires
  1. 21 février 2011
  2. 21 février 2011
  3. 23 février 2011
    • 23 février 2011
  4. 23 février 2011
  5. 23 février 2011

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.