Une jeune fille comme il faut – Ramon Pipin

À la veille de la retraite, Paul Gourniche, inspecteur de police – comme un vrai baroud d’honneur – va réussir à retrouver Naja, retenue depuis plusieurs mois, victime d’un kidnapping par un certain Marlon Pozzi. Mais l’air candide et rayonnant de cette adolescente de 17 printemps retrouvée dans une gare désaffectée, minijupe en jean relevée haut sur ses cuisses aimantant le regard des flics venus la libérer, intrigue quelque peu le futur retraité. Libéré après 10 mois de séquestration ne semble lui faire ni chaud, ni froid. Sa fin de carrière a sonné, alors que tous ces interrogations disparaissent, il n’en demande pas plus.

Jusqu’au jour où Nadine Pinaud alias Naja (c’est quand même plus classe !) viens sonner à sa porte. Elle lui rapporte sa carte de ciné-club, qu’il a perdu depuis… Et là lui demande combien de temps Marlon allait rester en prison, elle souhaite qu’il sorte le plus vite possible et voir même une libération… Puis arrive Fabien, le fils de Paul, élève en terminale, tricotilomane depuis la puberté, sortant de la douche en peignoir jaune canari. Si Naja repart sans réponse de Paul, elle a au moins le numéro de téléphone de Fabien et lui a donné le sien.

Rapidement le jeune lycéen plein d’avenir – il souhaite faire hypokhâgne (un truc pour s’occuper des chevaux selon Naja) – va découvrir l’amour, le sexe, les virées et cambriolage…

jeune fille comme il faut - ramon pipin

Mais Alors

Dans son roman, Ramon Pipin, nous plonge dans une comédie à la fois déjantée et mélancolique. L’envie de vivre à 100 à l’heure de l’adolescence, et la lourdeur du temps qui passe. Les déceptions et les espoirs perdus, les envies qui se recroquevillent sur elles-même. Cependant même si lors de l’explosion de la vitalité adolescente on ressent déjà une certaine gravité, la fougue et le besoin de ruer dans les brancards sont, pour un temps, encore plus forts pour passer sans les voir les petits tracas de tous les jours.

Tandis que les adultes les prennent de plein fouet. On retrouve ainsi une étude très poussée sur le problème des lacets de chaussure, du laçage au bouclage final, où chacun se reconnaitra. Petits soucis du quotidien qui ont permis de porter au firmament l’attrait pour les mocassins.

Où Paul passionné de guitare depuis des lustres, s’escrimant à réussir l’exécution des plus beaux morceaux et qui lors du passage chez son vendeur de grattes préféré voit entrer un jeune boutonneux, qui avec la première guitare venue, se lance dans une interprétation éblouissante d’un morceau au delà même des capacités de ce pauvre Paul, qui ressort de la boutique complétement dépité.

L’on pourrait parler aussi de Julie, la femme de Paul, qui tente de retrouver un peu d’excitation au travers de jeunes gigolos et chante en breton, ou de la mère de Paul, sénile, qui vit en service de gériatrie et ne fait plus que chanter en yiddish ou du Françoise Hardy (Tous les garçons et les filles), le chant des partisans ou la chanson d’Ouvrad qui a la rate qui se dilate.

Un roman court, moins de deux cent pages, qui se lit du début à la fin sans aucune lassitude grâce à un style simple et direct. Un roman que je vous recommande pour retrouver l’explosion de la jeunesse et la mélancolie du temps qui passe…

Ce roman sera mis en vente le 8 octobre 2015.

 

Biographie de l’auteur

Alain RANVAL, dit Ramon Pipin, titille fort jeune le sommet des charts au sein du groupe Au Bonheur des Dames avec le tube Oh les filles. Puis il forme le groupe Odeurs, devenu mythique par son alliance entre humour décapant, spectacles hauts en couleurs et musique de qualité. Il remonte sur scène régulièrement depuis lors. Parallèlement, il réalise plusieurs albums pour Renaud et compose pour le théâtre et pour l’image : publicité, séries d’animation et films, entre autres avec Albert Dupontel, Laurent Baffie, Patrice Leconte, Antoine de Caunes… Une jeune fille comme il faut est son premier roman.

Tags:,
5 Commentaires
  1. 29 septembre 2015
    • 29 septembre 2015
      • 30 septembre 2015
        • 30 septembre 2015
    • 30 septembre 2015

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *