Le Retour du Faucon

Les villes deviennent de plus en plus des repères pour la biodiversité et si l’on a repéré depuis longtemps des rapaces dans des villes comme Paris. A Lille c’est beaucoup plus récent.

C’est en avril dernier que les premiers faucons pèlerins ont été remarqués à Lille, un couple ayant élu domicile au sommet d’une tour dans le nouveau quartier de Lille Europe, mais des travaux de réfection de la toiture du bâtiment avaient dérangé le couple qui devait s’y être installé au vu des débris (fientes, ailes de petits oiseaux, oeufs cassés) retrouvés sur place.

André Berton, du Groupe ornithologique et naturaliste du Nord (GON), estime qu’ils se sont installés sur Lille il y a deux ou trois ans. Disparu dans les années 70, le faucon pèlerin est donc de retour dans la capitale des Flandres.

La municipalité a donc fait installé un premier nichoir à rapaces sur le clocher de l’église du Sacré-Cœur, à l’intersection des rues Nationale et Solférino. Ce clocher ayant été repéré comme étant leur  » restaurant  » avec au menu les nombreux pigeons logeant aux environs. Et si ce retour n’est pas au goût des colombophiles nombreux dans la région, pour ma part il m’enchante et j’espère – étant à moins de 100 mètres à vol de rapace de leur possible futur nid d’amour – qu’ils nous débarrasseront de ces pigeons qui me narguent à quelques mètres de mes fenêtres. Je HAIS les pigeons !

Dans le Nord il y a une demi douzaine de couple de faucons pèlerins recensés les dégâts dans les colombiers restent donc marginaux, mais les colombophiles veulent dès maintenant réguler la prolifération de ces rapaces. Il faut dire que si un pigeon de concours vaut dans les 500 €, certains atteignent les 150 000 € ! Tout ça pour une sale bête !

Le nichoir installé est une caisse d’un mètre de profondeur sur 70 cm. Incrustée dans l’une des ouverture du clocher à plus de 50 m de haut et orientée plein sud, garnie de petits cailloux ronds pour ne pas abîmer les oeufs. Même si Martine Aubry est très opposée aux caméras de surveillance en ville, la mairie envisage d’y installer une webcam;) Et ce serait une très bonne idée !

Bien sûr on ne sait pas si le couple de faucons viendra nidifier en janvier, mais le gîte et le couvert sont prêts.
Des négociations avec la SAEM Euralille et le syndic de l’immeuble sont en cours pour un deuxième nichoir. Ce second nichoir serait donc à 1 km à vol d’oiseau de celui du Sacré cœur, distance idéale qui doit exister entre deux nichoirs.
Un troisième nichoir est envisagé du côté de la rue Gustave Delory sur le toit du conseil général.

Une photo du nichoir est visible dans l’article de Métro

http://animaux.m-y-d-s.com/bird/falcon/

http://animaux.m-y-d-s.com/bird/falcon/

Le faucon pèlerin est rapace robuste ornithophage de belle taille. Il peut mesurer de 40 à 45 cm et déployer ses ailes sur 1 mètre. C’est donc déjà une belle bête et qui a besoin de viande fraîche pour se sustenter. Très rapide il se jette sur ses proies en plein vol en piquant à plus de 200 km/h et habituellement niche plutôt dans les falaises. Il n’aime pas être dérangé et même s’il s’appèle  » pèlerin  » c’est en fait un sédentaire.

Le cri du Faucon pèlerin

6 Commentaires
  1. 3 novembre 2010
  2. 3 novembre 2010
  3. 4 novembre 2010
  4. 4 novembre 2010
  5. 3 avril 2011
    • 4 avril 2011

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *