Lille – Le Pont Napoléon

Une ville n’est pas une unité statique, une ville ça bouge, ça évolue. L’architecture, l’organisation, les modes de transports, tout évolue au fil du temps. Régulièrement des constructions, des places, des rues, des quartiers ont besoin de faire peau neuve.
A Lille toutes ces dernières années l’effort a été orienté vers le quartier des gares avec EuraLille, un tout nouveau quartier à deux pas du centre ville et du vieux Lille. Plus discrètement c’est le quartier de Moulins qui a effectueé sa mue. Plus récemment c’est Lille Sud qui a suivit le même chemin. Aujourd’hui, si toutes ces transformations se poursuivent, deux projets attirent les regards la remise en eau de Lille avec la réouverture de canaux autrefois comblés, et la requalification de toute la zone autour de la Citadelle, bois de Boulogne, Champ de Mars, déconstruction du stade de football.

Alors j’ai envie de vous montrer tout ça, avec pour commencer un pont en ruine, que j’espère voir restaurer depuis la première que je l’ai vu, le Pont Napoléon.

Le Pont Napoléon est situé sur le canal de l’esplanade – canal de la moyenne Deûle – dans le prolongement de la rue de Jemmapes, son édification date du 1er Empire. Sa construction fut entreprise par Benjamin-Joseph Dewarlez (1767-1819) en 1809, et il fut inauguré en 1812.

L’architecte lillois Benjamin DEWARLET est aussi connu pour la réalisation d’un arc de triomphe qui fut érigé à Lille, en 1810, lors du passage de l’empereur NAPOLEON 1er.

Ce pont, couvert, a été bâti à l’initiative de François de Pommereul, général de division et préfet du Nord depuis fin 1805. Il célèbre la gloire de Napoléon et était le premier pont couvert pour piétons en Europe. Dans un style néo-égyptien avec, au centre de l’arche un temple encadré par quatre sphinx. Sur les faces des piédestaux sont représentés des noms de victoires de la République et de l’Empire. Les piédestaux sont surmontés de vasques. Au style égyptien succéda ensuite une décoration romantique.

Rebaptisé pont Royal après la chute de l’Empire, il sera renommé pont Napoléon sous le Second Empire.

Il fut plus tard complété par une statue du général Négrier, un kiosque de musique et l’estaminet « A ma Campagne ». L’ensemble s’inscrivant dans une politique d’aménagement de la façade de l’Esplanade et du champ de Mars.

Aujourd’hui et depuis plus de 90 ans, il n’en reste que quatre colonnes ornementales à l’abandon, quelques cartes postales anciennes, vieilles photographies et divers dessins.

C’est dans la nuit du 16 au 17 octobre 1918 que les Allemands le firent sauter, ainsi que tous les autres ponts de la Deûle, car les troupes anglaises s’approchent de Lille, ville occupée depuis quatre ans. L’écluse de la Citadelle subira un sort identique. Pendant l’occupation les Allemands avaient déjà, à coup de marteaux et burins, effacé certains noms de batailles tels Iéna, Auerstaedt, Valmy mais aussi Austerlitz qui elle n’était pas une défaite des Prussiens et laissèrent par contre Eylau qui en était une.

La délibération du conseil municipal du 28 juillet 1939 prévoyait sa reconstruction, mais en raison de la seconde guerre mondiale, il resta en l’état. Si le pont n’a jamais été rebâti suite à sa destruction en 1918, une passerelle temporaire a été remise en place pour l’exposition Internationale de 1920 afin de permettre aux visiteurs d’enjamber la Deûle, et de rejoindre le kiosque et la place des Pays-Bas.

Vue depuis la passerelle temporaire en 1920

En 1989, des études furent faites pour la restauration du pont à l’identique mais sous les contraintes financières le projet fut abandonné.

Depuis quelques années on reparle d’une restauration de ce pont dans le cadre du projet de requalification du Champ de Mars. D’autant que la ville de Lille a récupéré la maîtrise foncière du site. Un chantier aurait du se mettre en place en 2007.

Aujourd’hui les projets de requalification du Champ de Mars progressent doucement mais surement avec actuellement la déconstruction du stade de football Grimonprez Jooris, avant celle de certains bâtiments militaires.

Espérons que ce pont retrouve son lustre d’antan au terme de ce chantier.


8 Commentaires
  1. 8 février 2011
  2. 8 février 2011
  3. 8 février 2011
  4. 8 février 2011
  5. 9 février 2011
  6. 9 février 2011
  7. 30 octobre 2016
    • 30 octobre 2016

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *