Concerto pour quatre mains – Paul Colize

Heureux je suis avec ce joli cadeau de Niki, le roman de Paul Colize (avec en plus une dédicace de l’auteur !), « Concerto à quatre mains » un polar passionnant ! Paul Colize un auteur qui sait tenir en haleine son lecteur !

concerto

Le roman

Lundi 18 février 2013
Aéroport de Zaventem, huit hommes braquent un fourgon de la société Brink’s et repartent avec cinquante millions de dollars de diamants. Le casse du siècle.
Rapidement les soupçons se dirigent vers Franck Jammet, dit Franck l’Elégant. Auteur avec son équipe de multiples braquages dans les années 90.

Mardi 19 février 2013
Akim Bachir, petit malfrat de quartier, prend d’assaut un bureau de poste. A priori, un braquage foiré, il est arrêté et conduit à la prison de Forest, à Bruxelles. Contre sa volonté, son père demande à Jean Villemont, avocat pénaliste, de le défendre Akim Bachir.
Deux fils, deux histoires qui se croisent et s’entrecroisent. Qui sont vraiment ces hommes, quels sont leurs liens ?

 

L’inspiration – 18 février 2013

Au petit matin, alors qu’il est dans sa voiture le 18 février 2013, Paul Colize entend aux informations l’annonce d’un casse extraordinaire à l’aéroport Zaventem de Bruxelles. En deux minutes chrono huit malfaiteurs font main basse sur une cargaison de plus de 2 millions d’euros de diamants. Aussitôt l’idée d’un roman germe dans sa tête. Il va alors rencontrer un vrai braqueur, François Troukens.
Auteur de casses dans les années 90, condamné à 28 ans de prison, évadé, repris, il finit par se reconvertir. Il devient auteur, réalisateur, écrivain, et même présentateur télé de l’émission Un crime parfait ? sur RTL !
Il ambitionne de tourner un film, et dans le cadre de ce projet, il rencontre alors Joey Starr. Mal lui en a pris car sous tutelle judiciaire jusqu’en 2022, Troukens a interdiction d’approcher un repris de justice. Il reprend alors le chemin de la prison pour sept mois.
C’est pendant cette nouvelle incarcération, au parloir, qu’il va guider Paul Colize dans les arcanes du grand banditisme et l’univers carcéral. Tandis que c’est avec Pierre Monville, avocat bruxellois et maître de conférence à l’université de Liège, que Paul Colize s’initiera au fonctionnement de la justice belge.

 

Un super moment ce concerto !

 

Ce nouveau polar Paul Colize est plus noir et plus réaliste que ses précédents. On plonge dans la réalité en se demandant régulièrement où est la fiction, où est le réel. C’est troublant et criant de vérité.
Avec une écriture cadrée, rien ne dépasse, tout est à sa place. Pas de fioritures, pas d’enluminures, l’action juste l’action agrémenté régulièrement avec une petite pointe d’ironie. Cela donne un récit rapide, haletant. On va à l’essentiel, le tout avec des personnages à 100 % crédibles, une intrigue qui tient superbement la route.
Seul petit bémol, peut-être, la fin qui m’a laissé un peu sur ma faim. Même si l’histoire en elle-même est terminée, il m’a manqué un petit quelque chose en plus, un peu de rab. Paul Colize nous cache ce qu’il pourrait arriver à l’un de ses personnages, même si on le subodore, tout en n’osant pas ou en ne voulant pas y penser.
Il n’empêche ce roman est une très belle réussite dans le genre et je vous le recommande sans hésiter !

Paul Colize nous parle de son roman « Concerto pour quatre mains »

 

Le petit mot de l’éditeur

D’un côté, Jean Villemont, avocat pénaliste amoureux des sommets, et sa consoeur Leïla Naciri. De l’autre, Franck Jammet, braqueur virtuose, et son amie Julie Narmon, discrète et efficace. Entre eux, un homme et une affaire. Où se trouvait Franck Jammet la nuit du 18 au 19 février 2013 ? Pourquoi Jean Villemont ne se contente-t-il pas de la version officielle ? Qui a réalisé le casse du siècle ?

4 Commentaires
  1. 17 février 2016
    • 17 février 2016
      • 22 septembre 2016
        • 22 septembre 2016

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *